les minuscules

La robe en soie, les baskets bleues et la trottinette
 
Elle caresse le tissu. Il est doux, presque chaud sous ses doigts. Elle jette le linge de la douche sur la moquette, se glisse dans le vêtement, la peau encore humide. Les fleurs bougent sur elle. Elle virevolte, tapote ses jambes nues. Sensation de légèreté, de beauté. Elle rit de plaisir. Sa montre la rappelle à l’ordre, le travail. Elle se regarde, se sourit dans cette magnifique robe en soie qu’elle s’est offerte pour le mariage de sa sœur. Elle ne porte pas de robe, ni de jupe d’habitude. Elle choisit toujours des pantalons ou des shorts. C’est plus pratique. Mais aujourd’hui, aujourd’hui, elle ne veut pas se défaire de sa petite robe de princesse. Elle se gronde, se reproche doucement cette gaminerie. Elle se fixe encore une fois dans le miroir, puis renonce aux convenances d’un coup de tête. Il fait beau, beaucoup trop beau pour prendre le bus. La trottinette l’attend dans le couloir. Des baskets bleues, presque la même nuance que la robe, et c’est parti. Elle traverse Genève à toute vitesse, ébouriffée par cette petite liberté qu’elle s’est offerte. Une robe en soie, des baskets bleues et une trottinette.

<

>