les minuscules

 

Le cœur brisé

 

Je marche. Un ventricule dans chaque pied. Et des éclats plein la poitrine. Au milieu de mon cœur, il y avait un petit joyau. Il l’a repris entre deux battements, ouvrant l’organe en deux, déchirant les membranes. Autour des échardes, des moignons de chair se forment déjà, mais les deux gros morceaux de palpitant, eux, n’ont fait que descendre, descendre. D’abord dans le ventre, puis boudant le sexe ils ont glissé chacun le long d’une cuisse. Ils ont un peu ankylosé les genoux avant de couler sur les mollets. Pas de prise sur la peau blanche, les chevilles sont trop fines pour s’y enrouler. Il ne restait que les pieds. Le cœur n’est pas à sa place dans un pied. Alors, comme si mes jambes étaient lourdes d’un sang qui circule mal, je marche. Espérant faire remonter chacun des morceaux de mon cœur à sa place.

 

<

>