les minuscules

 

Le diner

 

Il marche la tête haute lorsqu’il entre dans le restaurant. Son corps élargi par la musculation prend tout l’espace. On en oublierait presque il est petit, la salle de sport en camouflage de la génétique millénaire des Andes. De son t-shirt, dépassent les tatouages, à son poignet, une grosse montre noire d’origine suisse. Ses cheveux sont coupés à la tondeuse, découvrant des motifs experts, habile plagiat d’une vieille mode afro-américaine. Il tire la chaise pour elle, attend patiemment qu’elle s’asseye, attentionné, galant. Il prend le temps d’admirer sa beauté. Elle n’a pas décoloré ses longs cheveux noirs, mais elle travaille assidument pour maintenir son si joli petit corps moulé dans des vêtements américains. Désirable sans être vulgaire, la corde raide de toutes celles qui prétendent à la cour des bourgeoises. Ils ne boivent pas d’alcool, mais des sodas sans sucre. À Salta, deux amoureux savourent leur ascension sociale. En mangeant de la viande grillée au milieu des touristes et en trinquant au coca zéro.

 

<

<